• TANGER MED – D’AVENTURE EN AVENTURE

    Surprise!  Après ces quelques jours de repos forcé (On a beaucoup râlé mais bon… on est bien obligé de s’adapter!), nous prenons enfin le ferry pour Tanger Med. Le soleil brille et le vent souffle puissamment comme à son habitude mais la traversée se fait sans encombre. Jusque là tout va bien, nous débarquons la voiture et arrivons à la douane… C’est là que les choses vont se corser! Enfin elles se corseront 2h plus tard, quand enfin un douanier nous approchera pour checker notre véhicule… Sa première question est sans équivoque: « Avez-vous un drone? ». « Et bien…. C’est à dire que… Heu….  Oui….? » Autant vous dire qu’on ne se s’attendait pas vraiment à ça… En tout cas pas à cette question! Le douanier, ravi, demande à Toni de lui donner le drone et de le suivre. Et oui, il se trouve qu’il est formellement interdit d’importer un drone au Maroc. Nous sommes stupéfaits, à la fois par les conséquences et surtout par notre stupidité. C’est pas comme s’il nous suffisait de regarder sur internet pour avoir cette information!!! On nous informe en revanche que nous pouvons en acheter un ici… Facile et pas cher! Allez comprendre… Nous on a laissé tomber! Appliquant le règlement à la lettre, les douaniers font appel à la police judiciaire et prennent fièrement leur prise en photo avec leurs téléphones en les attendant. Ils arrivent une demi heure plus tard et nous demandent de les suivre avec notre véhicule. Il est déjà 20h30 quand nous arrivons dans leurs bureaux, et ils garderont Toni encore une heure et demi pour l’interroger et s’assurer de ses intentions. À la sortie,  le résultat est sans appel: nous avons 45 jours pour repasser la frontière et récupérer le drone, ou c’est cadeau pour l’État.   Première nuit Il est maintenant 22h et il est quasiment impossible de trouver un campement dans le noir. Nous atterrissons donc dans la ville de Fnideq, en quête d’un hôtel où passer la nuit.  Nous sommes accueillis par une bande de jeunes desoeuvrés qui s’amusent à nous lancer des oeufs et continuons notre chemin avec quelques décorations sur la voiture… Ça commence bien! Nous parvenons enfin à trouver un hôtel et avalons un dîner rapide avant de monter dans la chambre que nous partagerons avec Ebrahim. Je me précipite dans la douche et découvre que l'équipe du ménage a oublié la salle de bain… Et que ce n’est vraiment pas propre. Toni descend demander s’il n’y aurait pas une autre chambre de disponible mais on lui répond que non, et que nous pouvons partir si nous ne sommes pas contents. Autant vous dire qu'après ce qu’on vient de vivre et au prix de la chambre, il ne lui a pas fallu plus de cinq minutes pour remonter avec les clés de non pas une, mais deux autres chambres! Enfin un peu de chance… Nous finissons par nous endormir, amers et furieux de notre propre bêtise (pour rester polie!).   Première journée  Le lendemain nous envisageons nos différentes possibilités: faire demi-tour et changer nos plans pour visiter l’Europe (oui oui de rage nous sommes réellement posé la question), ou bien continuer sans le drone? Nous prenons finalement la seule décision raisonnable: Toni reprendra le bateau à pied pour renvoyer le drone en France depuis l’Espagne, avant de reprendre le bateau dans l’autre sens. Nous profitons du reste de la journée pour visiter la zone et trouver un campement pour le soir. Pas si évident dans cette région où les gens sont nombreux à essayer de traverser le détroit à la nuit tombée. Les militaires, qui à la demande de l’Europe gardent les frontières marocaines, sont partout et nous devons négocier pour avoir le droit de passer la nuit. Ils finissent par accepter et nous assignent un garde du corps, qui tournera toute la nuit avec son chien et son fusil pour nous garder en sécurité… Un peu étrange comme ambiance il faut l’avouer!   Le marathon de l’attente Le lendemain matin, nous nous rendons au port à 8h avec la ferme intention de régler cette affaire au plus vite. Au final, il faudra 16h à Toni (sans manger et ayant oublié son livre) pour arriver à récupérer le drone, prendre le bateau à pied (le fait qu’il soit rentré avec un véhicule a sacrément compliqué les choses), l’envoyer par la poste puis revenir par le dernier bateau… Pendant ce temps là, Toni ayant signé un papier comme quoi personne ne peut utiliser le véhicule en son absence, Ebrahim et moi sommes assignés à la garde du dit véhicule, sur le parking du port. Pas vraiment la journée que nous avions prévu de passer… Mais nous n’avons pas le choix, et finissons par sympathiser avec l’agent de sécurité posté ici. Son sourire et sa gentillesse spontanée nous mettent du baume au coeur! Le soir, il nous offre de partager son repas, soigneusement préparé et emballé par sa femme: soupe de haricots avec du pain, jus de fruits frais et fruits pour le dessert…   Il est plus de 23h quand Toni revient… Épuisés, nous prenons la route vers le sud et nous arrêtons dans le premier hôtel que nous trouvons pour passer la nuit. Je dois avoir l’air complètement désespérée quand je demande au gardien s’il a une chambre de libre pour trois, car il éclate de rire en me répondant que bien sûr, mais enfin à quoi m’attendais-je?! Nous découvrons non pas une chambre, mais une véritable suite… Pour couronner le tout, il nous fait un prix vraiment sympa… Je regarde l'heure, pas de doute il est minuit passé. Un nouveau jour commence, et il commence bien! #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: center; width: 33%; } #gallery-1 img { border: 2px solid #cfcfcf; } #gallery-1 .gallery-caption { margin-left: 0; } /* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */ Belyounech – Maroc – Voir l’article Belyounech – Maroc Voir l’article Plage de Oued Alian – Maroc Voir l’article Oued El Marsa – Maroc Voir l’article Oued El Marsa – Maroc Voir l’article

    Continue reading