COMMENT ÉTABLIR UN ITINÉRAIRE POUR UN ROAD-TRIP EN AFRIQUE?

"Nous avions encore bien du chemin à faire... Mais qu'importait, la route c'est la vie." Extrait du livre Sur la Route de Jack Kerouac

Lorsque nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure, nous étions loin d'imaginer la quantité de préparatifs que cela impliquait. Ayant pas mal voyagé en mode "sac à dos", notamment en Asie et en Amérique Latine, nous étions jusque-là plutôt adeptes de l'improvisation totale.

Trouver un aller simple au meilleur prix, et éventuellement une "preuve" de sortie du territoire pour faciliter les formalités d'embarquement à l'aéroport, voilà ce à quoi se résumait notre planification. Ne rien prévoir pour laisser l'imprévu s'exprimer et le pays nous porter... Une philosophie que nous avons adoptée quand nous avons commencé à voyager.

Cette fois-ci, nous étions certes conscients qu'il y aurait du travail avant de partir, notamment sur le 4x4 (voir l'article "Comment choisir et aménager  son véhicule pour voyager en Afrique?") mais ce n'est que quand nous avons commencé à réfléchir à notre itinéraire que les choses se sont gâtées. Pour rejoindre l’Afrique du Sud, de surcroît  par la route, nous allions devoir faire preuve d'un minimum d'anticipation...

 

Quelques bonnes raisons d’établir un itinéraire…

Pour se familiariser avec la géographie locale

Tout d'abord parce-que ce continent est immense. L'Afrique compte une cinquantaine de pays et couvre près de 6% de la surface terrestre avec ses quelques 30 millions de kilomètres carrés. Autant dire qu'on se sent tout petit lorsqu'on envisage de la traverser de bout en bout... Se familiariser avec la géographie locale (Quoi? C'est là Tombouctou?) nous a donc permis de prendre un peu mieux la mesure de ce que nous envisagions, et d'adapter nos plans en conséquence.

Comment se sentir tout petit...

Pour des raisons de sécurité

Ensuite parce que comme pour tout voyage, la situation géopolitique sur place est un déterminant majeur des conditions du séjour. Dans notre cas, l'Afrique comporte plusieurs zones dont l'accès est malheureusement impossible pour des raisons de sécurité. Élaborer un itinéraire nous permettant de les éviter était essentiel à la réalisation de ce projet.

Pour anticiper les difficultés

Enfin, dresser la liste des pays à traverser nous a permis de mettre le doigt sur certains éléments qui jusqu'alors nous avaient plus ou moins échappé, comme les formalités administratives d'entrée dans les pays : où, quand et comment obtenir nos visas...? quid de l'assurance du véhicule…? carnet de passage en douane…? Autant de questions auxquelles il nous fallait répondre !

 

Comment s’y prendre pour établir un itinéraire ?

Apprivoiser les cartes

La première étape dans l'élaboration de notre itinéraire fut de nous munir d'une carte correcte, ou plutôt de deux en l'occurrence : les cartes n°741 (Afrique Nord et Ouest) et 746 (Afrique Centre et Sud) de Michelin.

 

Notre premier achat!

 

Accrochées ensemble sur le mur de notre salon pendant 6 mois en Nouvelle Zélande, elles nous ont permis de prendre le recul nécessaire pour avoir une vue d'ensemble et nous familiariser avec l'immensité du territoire que nous nous apprêtons à traverser. 

Nous avons ainsi pris conscience du fait qu'il ne nous serait pas possible de tout voir : si cela ne tenait qu'à moi, notre itinéraire ressemblerait probablement aux gribouillages d'un enfant essayant de colorier la carte sans déborder... Mais comment choisir une route parmi des centaines de possibilités ?

Trouver un passage

Nous avons donc commencé notre travail de recherche par la section "CONSEILS AUX VOYAGEURS" du site de France Diplomatie. Ils proposent notamment des cartes (Monde, régions et pays) classant les zones du vert (vigilance normale) au rouge (formellement déconseillé).

 

Carte conseils aux voyageurs "Monde"

 

La première chose qui nous a sauté aux yeux c’est la quantité de rouge! Impressionnant comparé au reste du Monde… Mais très instructif lorsqu'on cherche un passage! Toute la région du Sahel ainsi que l'Afrique centrale sont donc à éviter. La seule route qui apparait valable pour atteindre notre objectif longe donc de plus ou moins près la côte Ouest du continent. 

Dans ces conditions, seules les traversées du Nigéria et de la République Démocratique du Congo sont susceptibles de présenter une difficulté (zone orange, déconseillé sauf raison impératives)… Nous ne nous mettrons pas en danger en tentant de traverser à tout prix et si ce n'est pas possible, nous adapterons nos plans. Mais si les conditions nous permettent d'entrer à ce moment là, nous serons donc très prudents. 

Rentrer dans le détail 

La prochaine étape fut d'entrer dans le détail, pays par pays... Déterminer nos points d'entrée et de sortie en fonction de l'état des frontières et des postes douaniers, dresser la liste des formalités d'entrée en fonction des pays et trouver où obtenir les différents visas, identifier les zones de validité des assurances pour le 4x4... En tout, nous avons du passer plusieurs dizaines d'heures sur internet à chercher, compiler et recouper toutes ces informations (voir l'article "Avant le départ: formalités administratives et questions de santé")!

A partir de là, nous avons été en mesure d'établir un itinéraire grossier, car voué à évoluer, mais qui nous permet de savoir à peu près où nous allons... Un peu comme le brouillon avant le chef d'oeuvre!

 

Notre itinéraire pour rejoindre le Cap des Aiguilles

 

On ne peut pas tout prévoir

Un ami, qui connait bien l'Afrique pour y avoir grandi, nous a dit un jour en regardant le chemin que nous avions tracé sur la carte : "Je vois que vous avez prévu de passer par un endroit où, dans mon souvenir, il n'y a pas de route"... Hum... Ok... Pourtant la carte indique bien un chemin... Enfin une piste pour être spécifique. Et donc... On fait quoi maintenant??

Passé un (petit) moment de (grande) solitude, ce qu'il nous a dit nous a fait réaliser à quel point il était délicat de prétendre établir un itinéraire précis quand nous n'avions aucune idée de ce que nous allions découvrir sur place.

 

Et puisqu'il est impossible de tout prévoir, le mieux que nous puissions faire est donc de nous préparer au mieux de nos possibilités, de nous lancer et de nous adapter 😉

Publier un commentaire